plume blanche

Tu adore écrire (poésie, livre, journal ) ici, tu pourra faire des exercices qui t'entraînerons à bien écrire, tu pourras aussi publier tes histoires
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 De l'Espérance à la Décadence

Aller en bas 
AuteurMessage
Gabrielle de Fenhrir
petits écrivain
Gabrielle de Fenhrir

Nombre de messages : 339
Age : 26
Localisation : insert hometown here
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: De l'Espérance à la Décadence   Dim 27 Aoû - 18:06

(alors j'ai écrit cette nouvelle pour l'anniversaire d'une de mes meilleures amies ^^ elle parle de vampires, parce qu'on les aime bien toutes les deux (surtout moi en fait). Si les Jumelles Vampires rappellent plutôt les vampires de Buffy the Vampire Slayer, Diego est inspiré des vampires d'Anne Rice.)

Ton corps au Poker

De l’Espérance // à la DécadencE



- Qu’est-ce qui ne pas Lavigna ? Tu es toute pâle.
- Rien, ça va, répondit la jeune fille en secouant la tête.
Mais elle jeta un coup d’œil vers l’extérieur. Rien. Elle avait des hallucinations. Et pourtant, cela lui avait semblé si réel ! Elle cilla et resta un moment à regarder l’extérieur, si bien que la jeune femme qui l’avait ramené à la réalité dut le faire de nouveau.
- Lavigna ? écoutes, si tu es fatiguée, rentre chez toi…
- Ah ! lâcha Lavigna et elle pâlit un peu plus.
Elle venait de la revoir. Elle venait de revoir une jeune femme aux cheveux mi-long d’un noir de jais, à la peau comme la porcelaine et aux yeux comme un feu passer devant la boutique. Elle était passé très vite, mais elle l’avait bien vu tourner la tête pour la regarder et lui sourire de toutes ses dents pointues. Aiguisées.
- Lavigna, ça n’a vraiment pas l’air d’aller, fit la jeune femme, l’air soucieuse. Je lui avais bien dit que travailler tard allait te perturber, ajouta-t-elle dans un grommellement.
Lavigna tenta un petit sourire qui se transforma en une grimace quand une autre créature surnaturelle passa devant la boutique. Elle ressemblait à l’autre, mais ses cheveux étaient rouges et beaucoup plus courts. Mais elle avait les mêmes yeux marronâtres comme remplis de braise et la même peau de poupée en porcelaine. Lavigna se rattrapa au comptoir. Elle allait défaillir.
- Tu as raison, balbutia-t-elle en se prenant la tête à deux mains. Je vais rentrer, je ne me sens pas bien.
L’autre acquiesça et se remit à bougonner à propos de « jeunesse fragile ». Lavigna ravala un soupir et partit chercher son manteau, avant de sortir dans la fraîcheur de la nuit.
Elle n’aimait pas penser à la jolie jeune fille rousse et malade d’inquiétude qui rentrait chez elle dans la nuit, toute prête à se faire tuer par deux créatures presque identiques. Elle n’aimait surtout pas penser que cette jeune fille, c’était elle, et que si elle ne se dépêchait pas, elle allait soit s’évanouir et se faire tuer, soit se faire tuer directement.

Elle accéléra. Si je vois une de ces filles bizarres, je vais crier, songea-t-elle en se mordillant la lèvre inférieure. Alors elle ferma les yeux très forts pendant plusieurs minutes, sans cesser de marcher.
Puis elle prit son courage à deux mains et les rouvrit. Personne. Tant mieux. Elle était presque arrivée, de toute façon. Elle allait soupirer de soulagement en voyant se profiler la silhouette de sa maison quand elle entendit un chantonnement derrière elle. Elle en eut le souffle coupé.
Elle s’arrêta pour écouter.
- Ooooh oooooooh, chantonnait-on derrière elle. Un chant envouteur et velouté qui fut bientôt accompagné d’une seconde voix. Aoooh…
- Embrasse, embrase, comme un feu sacré
Le temps est trop rapide pour être arrêté…
Embrase, embrasse, écoute notre chant
Nous sommes assez rapides pour tuer ton temps !
- Ooooh aaah, approuva l’autre voix, et Lavigna voulut reprendre son chemin. Mais elle ne se sentait même plus la force de bouger. Elle frissonna et s’effondra sur le sol.
- Regarde, elle pleure, fit une voix, et Lavigna reconnut la première voix, celle qui faisait les « Aoh ». Mais elle avait fermé les yeux et ne se sentait pas la force de les rouvrir pour faire face à ses assaillantes. En plus, c’était faux. Elle ne pleurait pas. Aussi elle trouva la force de murmurer ces mots avant qu’ils ne se coincent dans sa gorge :
- Je ne pleure pas.
Elle entendit les deux jeunes femmes rirent. Elle osa ouvrir délicatement ses yeux, hésitantes. Puis elle les ouvrit en grand et chercha des yeux celles dont les rires emplissaient ses oreilles comme une musique qui commençait fortement à l’agacer.
Elle se releva et se retourna. Alors elle les vit.

Elles portaient la même robe rouge sang et faisaient la même taille. Elles avaient presque les même yeux, mais celle de gauche les avait légèrement plus brillants. Celle de gauche avait des cheveux noirs mi-long, celle de droite des cheveux courts et rouges. Elles avaient le même sourire sadique et faussement attristé. Elle se tenait par la main comme l’aurait fait un couple, mais tout semblait montrer qu’elles étaient sœurs.
- Embrasse, embrase, tel le feu soit brûlant, reprit la fille aux cheveux noirs,
Nous sommes les Jumelles venues pour ton temps.
- Pour ton sang, sembla corriger sa sœur, tout en semblant reprendre la phrase comme un refrain.
- Embrase, embrasse, pour ton sang de mortelle, continua la première, un sourire encore plus étrange et sadique aux lèvres,
Nous venons ma chérie te prêter nos ailes…
- Ô flammes éternelles, chuchota la fille aux cheveux rouges et elles éclatèrent de rire toutes les deux.
Lavigna ravala un sanglot. Visiblement, ces deux filles bizarres voulaient jouer avec elle avant de la tuer. Elle passa sa main dans ses cheveux comme elle le faisait à chaque fois qu’elle se sentait mal, ou stressée. Elle se mordilla encore la lèvre, si fort qu’elle sentit le goût du sang dans sa bouche.
La fille aux cheveux noirs poussa une sorte de gémissement en observant les lèvres de Lavigna, et l’autre passa délicatement sa langue sur ses lèvres. Elles se regardèrent et s’offrirent deux grands sourires pointues.
Puis elles se retournèrent vers Lavigna comme une seule femme, pour se présenter :
- Je suis Décadence, murmura la fille aux cheveux noirs avec un air de tragédienne grecque.
- Je suis Espérance, souffla sa sœur juste après, en clignant des yeux comme on le fait après s’être pris un flash.
De nouveaux elles éclatèrent de rire. Puis elles se lâchèrent les mains et s’approchèrent de Lavigna, comme autant de vautour se rassemblant près du cadavre. Lavigna déglutit et émit une sorte de gémissement.
- J’adore quand ils font ces petits bruits, fit Espérance avec une sorte de plaisir purement sadique. Décadence acquiesça. Elle se planta à coté de Lavigna et passa sa main dans les cheveux de la jeune fille qui poussa pour de bon un glapissement de sanglier effrayé.
Espérance gloussa et Décadence continua de passer sa main dans les cheveux de Lavigna jusqu’à la poser sur le cou de la jeune fille. Celle-ci frissonna de la tête aux pieds ; la main était si froide !
Elle poussa un cri de surprise quand Décadence l’attrapa brutalement par le coup et l’attira vers elle. Espérance s’approcha et poussa un soupir. Lavigna n’était plus que de la peur à l’état pur.
- Déca, murmura Espérance. J’en ai assez, on a assez joué. J’ai faim…
Elle ronronna. Décadence l’ignora. Elle regardait Lavigna dans les yeux comme le ferait un prédateur pour effrayer encore plus sa proie. Et cela fonctionnait, s’il était encore possible pour Lavigna d’avoir encore plus peur.
- Mais j’ai encore envie de jouer, grogna Décadence d’un air boudeur en griffant légèrement le cou de Lavigna qui s’empêchait avec peine de perdre connaissance.
- Tuons-la, et nous attraperons un jeune homme pour jouer avec lui, proposa Espérance d’un air conciliant. Tu m’as toujours dit que tu préférais jouer avec les jeunes hommes.
Décadence sourit, et elle lâcha brutalement Lavigna qui s’effondra à genoux.
- T’as raison, grommela Décadence en se tournant vers Espérance et en lui prenant les mains.
Elle se lancèrent dans une valse effrénée en riant. Puis elle s’arrêtèrent et s’embrassèrent pendant plusieurs minutes. Lavigna s’efforça de ne pas les regarder. Elle était déjà à la limite de l’évanouissement et au bord de la nausée.
Décadence s’écarta de sa sœur, sans lâcher ses mains, pour regarder Lavigna qui sanglotait sans s’en rendre compte.
- Elle fait pitié, dit-elle d’un air purement indifférent.
- Tuons-la, ajouta sa sœur en lâchant ses mains.
Lavigna hoqueta. Elle tenta de se relever et y parvint au prix de nombreux efforts. A son grand étonnement, les Jumelles ne firent aucun gestes pour l’en empêcher. Visiblement, elles préféraient la laisser s’épuiser jusqu’à ce qu’elle s’effondre ou qu’elles perdent simplement patience : c’était beaucoup plus amusant. Pour elles.
Lavigna voulut encore retenir sa nausée mais elle ne put s’empêcher de vomir, appuyée contre un mur. Décadence ricana tandis qu’Espérance lâchait un petit bruit de dégoût. Lavigna s’essuya la bouche avec sa manche et se mit à marcher en se tenant au mur.
Silencieusement, les Jumelles la suivirent sans manifester l’envie de l’arrêter pour la tuer tout de suite. Ce petit manège dura une demi-heure. Lavigna, à bout de forces, s’accrochait à la pensée que sa maison n’était plus qu’à quelques mètres, sans oublier de s’accrocher au mur. Elle se mordillait la lèvre de plus en plus fort, sans même se rendre compte que son sang ne faisait qu’exciter un peu plus ses « poursuivantes ».
Lavigna voulait mourir. Elle voulait que s’arrête ce supplice affreux, cette poursuite lente. Et pourtant, à chaque fois qu’elle songeait qu’elle voulait mourir, son envie de rester en vie augmentait. Elle ne voulait pas mourir. Elle ne voulait pas mourir.
Je ne veux pas mourir, pensa-t-elle en s’arrêtant pour maîtriser le tournis qui la prenait et lui faisait peur. Elle avait peur de tomber et de ne plus pouvoir se relever. Elle avait peur de finir par être à la merci des deux filles. Je ne veux pas mourir…
- Bien sûr que tu le veux, fit Décadence derrière elle d’une voix ironique.
Lavigna sentit de nouvelles larmes couler sur ses joues, et une nouvelle nausée monter. Elle se remit à marcher alors que le monde tournait encore un peu autour d’elle. Elle entendait les Jumelles chuchoter dans son dos.
- J’en ai marre, lâcha Espérance. Décadence… tuons-la…
Décadence ne répondit pas. Lavigna entendit des gloussements derrière elle et elle comprit qu’elles étaient de nouveau embrasser, et peut-être même pire. D’ailleurs elle ne voulait pas voir ce qui se passait derrière elle. Elle voulait marcher et atteindre sa maison.

Et soudain, sans comprendre pourquoi ni comment, elle se retrouva plaquée au sol, Espérance assise à califourchon sur elle, et la considérant avec indifférence de ses yeux marrons et brillants. Décadence s’accroupit à coté d’elle. Lavigna poussa un hurlement strident et les deux sœurs éclatèrent de rire.
- Calme-toi, chuchota Espérance en posant ses mains sur le ventre de la jeune fille. Regardez-moi ça…
Décadence lui murmura quelque chose que Lavigna ne comprit pas. Le ciel tournait au dessus d’elle. Elle allait s’évanouir. Elle allait mourir.
Elle sentit les mains d’Espérance sur elle et aussitôt la nausée monta. Elle sentit que la vampire – elle en était venu à se dire que c’était une vampire – voulait toucher sa poitrine et peut-être même enlever son haut. Elle se mit à se débattre et de nouveau les Jumelles éclatèrent d’une sorte de rire hystérique.
- Allez, tue-la, fit Décadence qui visiblement commençait à perdre patience à son tour. Espérance ronronna.
Elle se pencha sur Lavigna qui ferma les yeux. Elle sentit qu’Espérance l’embrassait et se retint difficilement de vomir. La vampire lui mordit la lèvre tellement fort qu’elle saignait abondamment. Espérance lécha le sang et plongea son visage au creux du coup de Lavigna.
La jeune fille gémit. C’était sûr, elle allait mourir. Vite. Elle ne voulait plus de toutes ces perversions vampiriques.
Elle sentit Espérance la mordre au cou au moment où Décadence la mordait au niveau du poignet. Elle gémit et serra plus fort ses paupières. Elle se sentait étrangement bien alors que les deux sœurs lui retiraient son fluide vital. Comme une sorte d’extase. Qui ne dura pas longtemps, car bientôt les deux vampires s’arrêtèrent.
Espérance se redressa en même temps que sa sœur. Lavigna gémit et ouvrit les yeux. Elle voulait retrouver l’extase, puis elle voulait mourir. Elle ne voulait pas qu’on l’abandonne là à une mort lente et douloureuse. Mais les Jumelles avaient senti une présence surnaturelle, et Espérance se rapprochait de Décadence, cherchant visiblement du réconfort. Lavigna, qui avait beaucoup de mal à ne pas sombrer dans la folie ou l’inconscience, se demanda si les vampires pouvaient avoir peur, et si oui, de quoi.

La réponse ne tarda pas. Une silhouette sortit de l’ombre.
C’était un grand jeune homme à la peau si pâle qu’il brillait presque dans le noir. Ses yeux verts calmèrent étrangement Lavigna. Ils ne brillaient pas de la malveillance des Jumelles.
Il avait des cheveux encore plus noirs que Décadence. Ils étaient noués en catogan. Il portait des vêtements noirs qui moulaient parfaitement son corps, et une veste en cuir. Il observa les Jumelles, puis Lavigna mourante. Et il éclata de rire.

Lavigna se demanda ce qu’il y avait de si drôle. La barrière de sa raison était presque effondrée. Les Jumelles se mirent à rire aussi, mais leurs rires sonnaient très jaunes.
- Déca et Esmé, lâcha le vampire – Lavigna songea que ce devait aussi en être un – après avoir fini de rire. Je ne m’attendais pas à vous trouver à Los Angeles.
- On traîne, fit Espérance d’un air évasif. Et toi Diego, qu’est-ce que tu fais ici ?
Diego soupira et s’appuya contre le mur. Tout à sa presque folie, Lavigna ne pouvait s’empêchait de se dire qu’il était vraiment très beau. Même si c’était un affreux suceur de sang.
- Rien de spécial, répondit Diego, puis il désigna Lavigna. Dites-moi, elle est à vous cette mortelle ?
- Ouais, lâcha Décadence. Diego la regarda et sourit.
- Vous seriez d’accord pour me la donner ?
Espérance lui rit au nez, mais il ne se démonta pas pour autant. Décadence, de sa voix la plus sèche, lui dit :
- Tu crois vraiment qu’on va te donner cette mortelle ? T’as de l’espoir.
Diego sourit et croisa les bras.
- Tu peux même pas nous l’acheter je suis sûre, ricana Espérance. T’as jamais d’argent.
- Exact, marmonna Diego. Et si on la jouait ?
Décadence et Espérance échangèrent un regard. Lavigna pleurait doucement. Il lui semblait assisté à son jugement dernier. Où allait-on l’envoyer ? En Enfer ou au Paradis ?
- D’accord, accepta Décadence en s’approchant de Diego. Jouons-la.
- Poker ? proposa Diego, une lueur maline dans les yeux.
Espérance sourit d’un air carnassier.
- Ca marche !
Et Lavigna perdit connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loupgaroux.canalblog.com
Gabrielle de Fenhrir
petits écrivain
Gabrielle de Fenhrir

Nombre de messages : 339
Age : 26
Localisation : insert hometown here
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: De l'Espérance à la Décadence   Dim 27 Aoû - 18:06

***



Quand Lavigna se réveilla, elle était couchée dans un lit. Elle songea d’abord que tout ce qui s’était passé n’avait qu’un rêve, un mauvais rêve – et un fort mauvais rêve, plutôt même un cauchemar – et qu’elle était chez elle.
Mais quand elle bougea et ouvrit doucement les yeux, elle remarqua plusieurs choses qui lui prouvèrent qu’elle n’était pas chez elle.

Tout d’abord la pièce où elle se trouvait n’avait rien à voir avec sa chambre. Les fenêtres étaient condamnées avec des planches et il y avait une drôle d’odeur de tabac. Ensuite, elle sentit un élancement au niveau du cou et du poignet : ses morsures. Elle nota aussi qu’on lui avait bandé le poignet et mit un pansement au niveau du cou. En bref, on l’avait soigné.
Enfin, elle reconnut quelqu’un assis devant elle sur un fauteuil qui devait bien dater du XVIIIe siècle. C’était Diego, qui lui souriait de son superbe sourire aiguisé.
- Bonjour princesse, fit-il d’une voix onctueuse. Lavigna se redressa et s’assit.
Elle nota un autre détail : on lui avait mit d’autres vêtements. Et en observant Diego d’un air méfiant, elle s’aperçut que sa veste était couverte de griffures.
- Comme tu as pu le remarquer, j’ai gagné la partie. Est-ce que tu peux me dire comment tu t’appelles ?
- Lavigna, fit l’intéressée d’une toute petite voix. Diego sourit, visiblement ravi.
- Tu as bien dormi, Lavigna ?
Lavigna pencha la tête sur le coté. Une larme coula sur sa joue. Elle en avait assez de tout ce qui lui arrivait.
Diego sembla très touché de la voir pleurer.
- Ne pleure pas, dit-il d’une voix attristée. Tu es en sécurité ici. Je te protégerais.
- Vous allez me tuer, chuchota Lavigna, et sa gorge se noua. Les larmes coulaient à flot sur son visage, mais elle ne s’en souciait pas.
Diego se leva du fauteuil et vint s’asseoir à coté d’elle sur le lit. Il posa sa main sur ses cheveux et les caressa doucement dans un geste qui se voulait rassurant. Lavigna se détendit, sans cesser de pleurer.
- Je ne vais pas te tuer, Lavigna, murmura Diego. Lavigna le regarda. Il semblait sincère. Elle s’essuya les yeux.
- Mais je voudrais que tu restes avec moi, ajouta le vampire avec un demi sourire. Pour toujours, si tu le désires. Mais je peux te laisser du temps pour réfléchir.
Lavigna renifla et gratifia son sauveur d’un petit sourire mouillé.
- Je vais réfléchir.
- J’aimerai te demander une faveur. Tu as le droit de refuser, fit Diego d’un air très sérieux. Est-ce que tu serais d’accord pour te laisser mordre ?
Lavigna le regarda. Elle regarda ses yeux tellement rassurant. Elle regardant sa bouche bien dessinée. Elle regardait ses cheveux. Elle regarda sa poitrine qui se soulevait au rythme de sa respiration.
Doucement elle acquiesça.
- Mais pas fort… murmura-t-elle. Diego sourit et écarta ses cheveux.


***



Cela faisait déjà deux semaines que Lavigna étaient chez Diego, et elle allait bien. Le vampire était un hôte fort agréable. Il avait de la conversation et cédait à ses moindres désirs, pour se vêtir ou pour manger. Et chaque soir il la mordait doucement et Lavigna retrouvait un peu de l’excitation éprouvée sous la morsure d’Espérance.
Chaque soir aussi, Diego lui demandait si elle avait pris sa décision, sans paraître cependant la presser. Et chaque soir, Lavigna avait dit que non.
Mais ce matin-là, quand elle se réveilla, elle se sentait prête.
Il lui avait fallut un temps pour s’habituer à l’idée qu’elle aimait Diego, et que très probablement Diego l’aimait. De plus, chaque nuit elle rêvait de Décadence et Espérance, et cela la rendait folle. Peu avant l’aube cependant Diego revenait de sa chasse et s’approchait du lit pour la rassurer. Les Jumelles n’allaient pas venir. Elle était en sécurité.

Toute la journée, en regardant le cercueil où Diego dormait – elle était trop excitée pour sortir – elle se répéta ces mots : Je suis en sécurité. Je suis en sécurité avec Diego.
Et à force de se le répéter, elle finit par y croire. Le soir, quand Diego ouvrit le cercueil, elle s’en était persuadée. Et elle faillit sauter sur le vampire pour l’embrasser.
Diego lui sourit. Ils allèrent s’asseoir sur le lit pour discuter. Diego la mordit, puis il lui posa la question :
- As-tu réfléchi ?
Lavigna déglutit. C’était une grave décision.
- Oui, répondit-elle.
Diego sourit, ses yeux brillèrent avec plus d’intensité que d’habitude, et il se pencha pour mordre à nouveau Lavigna. La vie allait reprendre. A eux deux, ils régneraient sur Los Angeles…



Epilogue



La vie pour Diego et Lavigna est devenue vampiriquement normale. Ils s’aiment beaucoup, et commettent de superbes meurtres ensembles. Lavigna ne se soucie plus d’Espérance et Décadence, et Diego ne se soucie plus de rien. Ils voyagent beaucoup. Lavigna désirait notamment voir la France, l’Italie, et l’Australie. Jamais elle ne regrette sa famille ou sa vie mortelle, pas plus que Diego ne regrette sa solitude.

Espérance et Décadence continuent à beaucoup s’amuser chez les mortels. Elles sont passées par la Nouvelle Orléans, jusqu’à New York, puis sont allées rendre visite à quelques amis en Angleterre. Un jour, elles ont croisées le chemin de Diego et Lavigna, et Décadence a amèrement regretter de ne pas avoir tuer directement la jeune fille pendant qu’Espérance regrettait d’avoir accepter la partie de poker.

La famille de Lavigna a renoncé à la chercher deux ans après sa disparition brutale – alors que Lavigna était à Venise avec Diego. Une nouvelle disparition étrange sur la liste…




(PS : si jamais vous êtes intéressés j'ai dessiné Espérance, Décadence, et Diego ^^')
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loupgaroux.canalblog.com
~Evidence~
Fondatrice
~Evidence~

Nombre de messages : 880
Date d'inscription : 26/07/2006

MessageSujet: Re: De l'Espérance à la Décadence   Dim 27 Aoû - 18:16

Merci d'avoir posté un des tes romans ici ! JE jure de le lire quand j'aurais installé le nouveau forum et mis en place la gallerie, car moi je me concentre sur les textes ^^Et je prend mon temps Very Happy

_________________
Titejuju devient... ~Evidence~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://plumeblanche.activebb.net
Gabrielle de Fenhrir
petits écrivain
Gabrielle de Fenhrir

Nombre de messages : 339
Age : 26
Localisation : insert hometown here
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: De l'Espérance à la Décadence   Dim 27 Aoû - 18:23

Woké lol pas de problème ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loupgaroux.canalblog.com
°Lunelfique°
admin
°Lunelfique°

Nombre de messages : 1550
Age : 27
Localisation : Rêvelyn
Date d'inscription : 04/08/2006

MessageSujet: Re: De l'Espérance à la Décadence   Lun 28 Aoû - 12:33

vampiriquement parfait ^^
Diego est génial, Décadence et Espérence parfaites, et lavigna joue son rôle comme une chef ^^

non sérieusement ton texte est génial, et en plus... y'a pas de fautes !!! C'est rare de trouver des textes sans aucune faute, merci^^
Ralala, mais zut quoi ça ferait un début de roman magnifique, pourquoi tu l'as arrêtéééé ??^^

ziboux de vampirelfique,
Liselune...

Ps : en plus le noir et rouge pour ce texte-là ça donne trop bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~Evidence~
Fondatrice
~Evidence~

Nombre de messages : 880
Date d'inscription : 26/07/2006

MessageSujet: Re: De l'Espérance à la Décadence   Lun 28 Aoû - 12:52

Trés bien écrit, des détails, qui ne sont pas ennuyant, c'est un trés bon texte. Oui sa m'interrésse de voir tes dessins Razz

_________________
Titejuju devient... ~Evidence~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://plumeblanche.activebb.net
°Lunelfique°
admin
°Lunelfique°

Nombre de messages : 1550
Age : 27
Localisation : Rêvelyn
Date d'inscription : 04/08/2006

MessageSujet: Re: De l'Espérance à la Décadence   Lun 28 Aoû - 13:12

ah oui c'est vrai, moi aussi j'aimerais bien les voir !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Fenhrir
petits écrivain
Gabrielle de Fenhrir

Nombre de messages : 339
Age : 26
Localisation : insert hometown here
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: De l'Espérance à la Décadence   Lun 28 Aoû - 13:38

Aah ça fait plaisir didonk tout le monde me dit qu'il est bien ce texte Embarassed j'avais commencé un autre texte avec l'histoire de Diego mais je me suis arrêté (uh uh uh... euh ^^')

Alors pour les dessins n_n

Voilà Esmé et Déca (ça date un peu, c'était mes débuts sur les oekakis board ^^'')



Et Diego (qui me fait toujours penser à Louis des Chroniques des Vampires, allez savoir pourquoi XDDD)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loupgaroux.canalblog.com
~Evidence~
Fondatrice
~Evidence~

Nombre de messages : 880
Date d'inscription : 26/07/2006

MessageSujet: Re: De l'Espérance à la Décadence   Lun 28 Aoû - 14:12

Avec quoi fait-tu sa?

_________________
Titejuju devient... ~Evidence~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://plumeblanche.activebb.net
Gabrielle de Fenhrir
petits écrivain
Gabrielle de Fenhrir

Nombre de messages : 339
Age : 26
Localisation : insert hometown here
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: De l'Espérance à la Décadence   Lun 28 Aoû - 14:18

Le premier avec un logiciel à même Internet qui s'appelle Shi Painter et qu'on trouve sur des Oekakis Board

Le second avec Paint pour le line et Paint Shop Pro 6 pour la colo ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loupgaroux.canalblog.com
°Lunelfique°
admin
°Lunelfique°

Nombre de messages : 1550
Age : 27
Localisation : Rêvelyn
Date d'inscription : 04/08/2006

MessageSujet: Re: De l'Espérance à la Décadence   Mar 29 Aoû - 19:58

super bien faits !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Fenhrir
petits écrivain
Gabrielle de Fenhrir

Nombre de messages : 339
Age : 26
Localisation : insert hometown here
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: De l'Espérance à la Décadence   Mar 29 Aoû - 22:06

Merci j'ai l'habitude de dessiner par ordinateur =^^=
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loupgaroux.canalblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De l'Espérance à la Décadence   

Revenir en haut Aller en bas
 
De l'Espérance à la Décadence
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
plume blanche :: tIt'GraInE D'EcRiVaiNs :: Romans-
Sauter vers: